index

Mercredi 13 février 2013

Julie Demuer (productrice indépendante) Xavier Thomas (journaliste) François Parra (artiste, enseignant)
sont invités à débattre des enjeux liés au projet Promenades Sonores porté par Radio Grenouille.


Cette invitation est faite dans le cadre d'une semaine thématique organisée par École supérieure d’art
d'Aix-en-Provence
, traitant à la fois de la question de l'Utopie comme modèle de réflexion sur les mutations urbaines et de la question des frontières et de leurs transformations contemporaines (en partenariat avec l'IMERA).

Pourquoi le dispositif radiophonique pour traiter de ces questions..?


"Radio Grenouille est implantée en tant que radio culturelle et de création depuis 1981 à Marseille.
Elle a développé au fil de temps non seulement une connaissance fine de son territoire d'ancrage mais a peu à peu expérimenté de nombreux projets, écritures, dispositifs pour aborder l'écriture sonore du territoire. Hybridant volontiers les formes mais aussi les acteurs et les postures, les journalistes y sont un peu plus auteurs et créatifs qu'ailleurs, les artistes un peu plus présents que dans d'autres médias, les producteurs à la croisée du terrain et du studio, des artistes et des habitants.

A partir d'expériences récentes mettant en dialogue son et territoire, François Parra, Xavier Thomas, et Julie de Muer, échangeront leurs expériences et donneront à écouter des extraits de ces démarches radiophoniques hors transistor... échange de points de vues et de pratiques autour d'une radio locale et d'un territoire" J.D.

Quelques questions posées par la réalisation de soudwalks sur le territoire de Marseille et sa région...

Présentation du dispositif Promenades Sonores et son rapport au territoire.

Sur la forme soundwalk elle-même. Une présentation au format pdf de celle réalisée par François Parra La ballade du canalet

Quelques points de repères sur son histoire

Cette forme impose des contraintes qui la structurent

Elle est une expérience au croisement du corps, du paysage, du son.
L'écoute en marche a des spécificités qui la différencie fortement du concert, de l''installation, de la radio en ce sens que le corps de l'auditeur/marcheur participe du son lui même.
Son corps produit ses propres sons dont il faut tenir compte. Le souffle, le rythme cardiaque, la fatigue venant parfois comme filtre sont autant de paramètres à la fois incontournables mais aussi difficiles à anticiper.
En ce qui concernent la fabrication des sons, ceux produits en studio ne fonctionnent pas forcément en marche. Il y a donc un aller retour perpétuel à expérimenter entre le geste du monteur et celui de l'auditeur/marcheur.
Un autre possible étant de faire les sons en marchant.

Elle est (dans le cas dont nous parlons ici) la construction d'une temporalité dont la durée fixe (la bande) est confrontée au temps de l'auditeur/marcheur.
Cette bande, souvent produite avec des sons enregistrés in-situ, peut produire une sensation étrange de "marcher avec des fantômes".
Il faut bien avoir à l'esprit que l'auditeur/marcheur réactive par son geste la mémoire d'un geste passé.
Edition | Login | | 10/25656


(cc) sonoscaphes.com